Rechercher
  • Karin Florman

La pleine conscience parent - enfant : 9 idées pour la pratiquer ensemble


Illustration : Aurélie Lahad « Tout ce qui compte », livre pour enfants par Karin Florman et Aurélie Lahad, édité par les Éditions Møtus



Se sentir connecté à son monde intérieur signifie la possibilité d’être authentique et de trouver du sens à la vie. Cultiver de la pleine conscience contribue à ce que les enfants, comme les adultes, puissent mieux se connaître et davantage comprendre ce qui se passe en eux au niveau physique et émotionnel. Ceci est nécessaire afin de développer une résilience saine face aux obstacles et difficultés inévitables rencontrées dans le quotidien de chacun.



La pleine conscience parent-enfant – la santé du système nerveux



Les enfants, comme les adultes, ont besoin de se sentir en sécurité et connectés à eux-mêmes ainsi qu’aux personnes proches dans leur vie. C’est ainsi qu’ils peuvent mieux faire face aux difficultés de la vie. Parmi les obstacles fréquentes au sentiment de sécurité et de connexion nous trouvons :

  • Vivre régulièrement des situations de chaos, d’instabilité ou de stress. Ceci active sans cesse nos mécanismes de défense.

  • Ne pas se sentir ni vu ni entendu au niveau émotionnel. Ceci nous apprend indirectement à ne pas écouter ce que nous ressentons, ce qui nous fait perdre notre boussole dans la vie.

  • Porter des blessures et des traumas du passé qui continuent à être activés en nous. Ceci peut occasionner : 1) un système nerveux dérégulé qui perçoit en permanence une situation dangereuse autour de nous, même quand il n’y en a pas (ou au contraire qui ne perçoit pas de danger quand il y en a) et 2) des mécanismes contre-productives, ou même nocives, pour gérer le stress.

Notre style de vie moderne stimule souvent de façon exagérée notre système nerveux sympathique et non pas assez notre système nerveux parasympathique. Le système nerveux sympathique permet les états dont nous avons besoin pour agir, que ce soit pour socialiser, pour nous activer ou pour nous défendre en cas de menace. Ceci est évidemment positif. Seulement, pour l’équilibre du système nerveux, et aussi pour celui du système digestif et du système endocrinien, nous avons besoin d’activer davantage notre système nerveux parasympathique également. Ce dernier nous permet de nous reposer et de digérer.


Nous savons tous que dormir suffisamment est essentiel. Aussi, nous avons besoin au quotidien d’activités reposantes comme prendre un bain, écouter de la musique calme, baisser les lumières, s’étirer, faire de la relaxation ou de la méditation, pratiquer du yoga ou de la pleine conscience. Avoir des moments de calme, même très courts, est clé pour notre santé générale et aussi pour développer la capacité de prendre conscience de nos sensations internes et de nos émotions. Laisser ses émotions exister, sans essayer de les supprimer ni les nier, fait partie de la capacité d’être présent dans le moment et de s’accepter tel que l’on est.


La pleine conscience parent-enfant – se simplifier la vie



Il n’est attendu de personne d’être parfait ni de régulièrement faire des choses extraordinaires. Et ajouter une énième chose à notre liste de choses à faire est la dernière chose dont les parents, ou le personnel qui travaille avec des enfants, ont besoin. Au contraire, faire des activités simples ou juste être ensemble, sans des pressions, peut ouvrir des chemins vers de nouveaux espaces de confiance et de sécurité où l’on se sent disponible pour partager ce que l’on ressent.

Cultiver la pleine conscience n’est de toute façon pas une question d’ajouter quelque chose. Il s’agit plutôt d’enlever ce qui nous empêche d’être simples, envers nous-mêmes, envers l’autre et envers l’instant présent. Rester présent dans le moment signifie pouvoir prendre un pas en arrière et pouvoir observer la situation comme un spectateur. De cette position nous sommes en plus grande capacité d’accepter ce qui est là devant nous ainsi que de lâcher certaines attentes peu utiles que nous avons, non seulement sur nous-mêmes mais aussi sur les enfants.

À part de meilleures relations, la pratique de la pleine conscience nous prépare aussi à une meilleure santé car elle crée de bonnes habitudes pour la vie. Il y aura toujours et inévitablement de moments de stress que nous devons gérer. Si notre corps et notre esprit s’habituent à les gérer par le biais d’actions et de réactions saines et constructives, c’est un gain énorme car cela diminue le risque d’aller chercher des comportements à risque pour essayer de nous libérer de nos tensions.



La pleine conscience parent-enfant – 9 façons de la vivre au quotidien



1) Un exercice simple de pleine conscience à l’extérieur


Cet exercice nous apporte du centrage, nous prépare à la concentration et a un effet calmant sur nous. A l’extérieur, à un endroit choisi, rester sans trop bouger quelques minutes, fermer les yeux, et : 1) écouter tous les sons qui viennent des espaces géographiques les plus éloignés de nous. 2) Puis écouter pendant quelques minutes les sons qui viennent d’un endroit un plus près de nous physiquement. 3) Et dernièrement écouter pendant quelques minutes les sons qui sont tout près de nous, même à l’intérieur de notre corps.

2) Un exercice simple de pleine conscience à l’intérieur


Pour calmer son système nerveux et revenir à l’instant présent : 1) remarquer et regarder trois objets qui se trouvent dans notre environnement immédiat, 2) remarquer et écouter trois sons qui peuvent être perçus autour de nous et 3) bouger trois parties de son corps (comme les épaules, les mains, les pieds ou la bouche).

3) Écrire une liste ensemble de choses que l’on aimerait faire


On peut arriver à mieux se connaître en partageant ses envies et ses rêves. Peut-être ce sont nos envies et nos rêves qui décrivent le mieux qui nous sommes.

4) Laisser l’enfant proposer une activité à faire ensemble et se prêter au jeu


Même pendant juste un petit moment, laisser l’enfant choisir librement une activité (dans les limites du raisonnable). Danser, chanter, peindre, une bataille de coussins, courir, ce qu’il veut… Cela peut l’aider à relâcher des tensions, se sentir un peu plus en charge de la situation et/ou se sentir utile.

5) Faire une activité ensemble - juste un enfant et un parent


Passer du temps privilégié à deux pour cultiver et laisser vivre la connexion. Il peut s’agir d’une sortie ou de simplement un moment calme ensemble. Sans le petit frère qui a besoin d’aide ou la grande sœur qui veut interrompre le plus petit. Du temps pour juste ÊTRE ensemble, sans les interruptions habituelles du quotidien.

6) Lire des livres qui invitent l’instant présent


Lire ensemble des livres qui parlent de nos souhaits profonds et/ou nos émotions, peut-être avec un élément de poésie ou de philosophie. Ceci peut contribuer à se connecter à son monde intérieur et à mieux se comprendre soi-même.

7) S’entrainer à nommer les émotions lors des lectures avec l’enfant


Parler de ce que l’on pense que le personnage peut bien ressentir à des différents moments de l’histoire. Cela aide l’enfant (et le parent) à se mettre à la place de l’autre et à être dans l’empathie. L’identification avec les personnages du livre permet à l’enfant de mettre des mots sur ses propres émotions. Aussi, il peut ainsi réaliser qu’il n’est pas le seul à vivre un événement ou à éprouver une émotion donnée.

8) Donner du temps et de l’espace aux émotions ressenties


Se laisser ressentir ce que l’on ressent, sans juger, et faire de même pour les autres. Les enfants ont besoin d’aide pour gérer les grandes émotions qui sont souvent à l’intérieur d’eux-mêmes et tout cela prend du temps et de l’espace. Quand vient le soir, par exemple, et que la fatigue s’empare des enfants et qu’ils portent en eux des émotions de toute une journée (avec sa dose habituelle de déceptions et de stress), on peut parfois se dire : « Oui, préparer un repas équilibré est important mais les émotions de l’enfant le sont aussi. Donc peut-être ce soir, exceptionnellement, le dîner c’est quelque chose de très simple. » Pour que l’enfant se sente soutenu dans une situation particulièrement difficile, on peut choisir de passer du temps à vraiment écouter ce qui se passe pour lui et de manger de façon plus équilibrée le lendemain.

9) Baisser les attentes et simplifier


Être simple. Allumer une bougie et boire un chocolat chaud ensemble par exemple. Il n’y a pas besoin de mettre la barre si haute ni de proposer toujours des activités qui nous paraissent spectaculaires et/ou qui nous demandent beaucoup d’énergie. Un parent reposé est un meilleur parent et un meilleur être humain.

55 vues0 commentaire